Comment créer simplement un business plan restaurant ?

Réaliser un business plan représente une étape incontournable pour un restaurant.

Les bases sont les mêmes que pour n’importe quelle entreprise, mais vous allez devoir tenir compte des spécificités du secteur d’activité de l’hôtellerie. Nous allons passer en revue chaque phase qui vous permettrons de préparer un dossier de qualité, visant à constituer l’une des pièces fondatrices de votre restaurant.

rédiger business plan

Pourquoi le business plan restaurant est-il incontournable ?

Le business plan restaurant établit vos besoins financiers, mais il vous aide aussi à affiner votre projet. Vous allez déterminer le nom de votre restaurant, sa ligne culinaire, sa décoration et surtout sa stratégie commerciale.

C’est à vous qu’il sert dans un premier temps. Vous allez devoir vous poser de nombreuses questions dont vous devez impérativement trouver les réponses avant de vous lancer. Le business plan vous permet de vous préparer à toutes les éventualités. Vous devez prouver la faisabilité de votre projet et en évaluer la rentabilité.

Dans un second temps, votre business plan constitue le document qui vous permet de convaincre les banques (et d’autres financiers), ainsi que les assurances de vous accompagner dans votre projet.

checklist

Le respect des réglementations en vigueur

L’ouverture de votre restaurant est soumise à une réglementation spécifique que vous devez connaître. Vous devez donc vous y former. La chambre de commerce et d’industrie vous renseigne sur les normes en vigueur, parmi lesquelles :

Pour ce dernier point concernant la licence IV, vous devez vous rapprocher de la mairie.

  • les règles d’hygiène et de salubrité qui concernent les lieux de préparation des repas, la ou les salles de service et les sanitaires ;
  • le respect des normes d’hygiène par le personnel ;
  • les conditions de transport de la nourriture, ainsi que les conditions relatives à leur conservation, en tenant compte notamment du respect de la chaîne du froid ;
  • la gestion des déchets ;
  • l’obtention d’une licence pour certaines activités, et notamment la licence IV pour la vente de boissons alcoolisées.
seul ou plusieurs

Étape numéro 1 : la structure de l’entreprise

Êtes-vous seul ou avec des associés, serez-vous seul gérant, qui sont les éventuels actionnaires, etc. ? Vous devez savoir qui décide de quoi et quel est votre pouvoir décisionnaire.

En fonction de ces considérations et de l’avenir que vous imaginez pour votre restaurant, vous devez choisir le statut juridique de votre société. Vous passez par le CFE (Centre de Formalité des Entreprises) de la chambre de commerce et d’industrie et par le greffe du tribunal de commerce dont dépend votre restaurant.

Réfléchissez bien au statut juridique que vous choisissez en fonction de vos ambitions. Si vous envisagez de vous agrandir par la suite, embaucher du personnel, prendre d’autres associés et/ou actionnaires, etc., il faut que votre statut vous le permette, ou qu’au moins il soit possible de passer à un autre statut facilement.

Le personnel

Vous devez prévoir le personnel dont vous allez avoir besoin. Embaucher coûte cher, mais vous ne pouvez pas vous démultiplier à l’infini. Selon la taille de votre restaurant, vous devez réfléchir à son mode de fonctionnement et à la répartition des tâches entre vos employés et associés.

Chaque personne doit connaître son champ d’action précis :

  • service au bar si vous avez un comptoir ;
  • service en salle et en terrasse ;
  • gestion de l’approvisionnement des stocks ;
  • élaboration des menus (en lien étroit avec la gestion des stocks) ;
  • préparation des repas en cuisine ;
  • tenue de la caisse ;
  • gestion de la blanchisserie pour les nappes et tenues du personnel, etc.
profil cible

Étape numéro 2 : l’analyse du marché

Ce sont vos futurs clients qui vont décider du succès de votre restaurant. Vous devez donc vous assurer que votre proposition est en adéquation avec votre environnement. L’emplacement de votre restaurant est primordial, car il détermine en partie votre clientèle. Vous ne pouvez pas proposer la même formule si vous vous installez dans un quartier d’affaires, proche d’un lieu touristique, à la campagne, etc.

Cette étude vous aide à dresser le portrait type de votre clientèle :

  • présence au déjeuner et/ou dîner ;
  • le temps disponible : un salarié qui vient déjeuner ne dispose pas du même temps qu’un couple qui vient dîner ;
  • le budget de vos clients ;
  • leurs attentes, etc.

Une fois que vous aurez déterminé votre cible, vous allez pouvoir estimer :

  • le nombre de couverts quotidiens ;
  • la répartition entre le déjeuner et le dîner ;
  • les menus et types de plats proposés ;
  • les tarifs ;
  • le niveau de qualité de votre service et le personnel pour l’assumer.

Au cours de cette étape, vous devez vous soucier de la concurrence, car elle fait partie des facteurs déterminants pour votre réussite. Vous devez analyser le fonctionnement des acteurs déjà présents dans le secteur et vous assurer que le marché n’est pas saturé. Il vous faut proposer une offre cohérente avec votre cible et qui se démarque de la concurrence. Vos tarifs doivent aussi être en phase avec ce qui se pratique : vous devez être compétitif, tout en vous réservant une marge suffisante pour être rentable.

Tous les paramètres de cette étape vous serviront ultérieurement pour établir votre bilan prévisionnel.

marketing megaphone

Étape numéro 3 : la communication et le marketing

Le démarrage de votre restaurant est crucial pour vous faire rapidement une bonne réputation et enclencher le bouche-à-oreille. Vous devez donc prévoir une campagne de communication. Elle vous permet d’alerter votre cible de votre arrivée. Vous devez communiquer sur la qualité de votre offre et les valeurs de votre marque.

Le premier moyen de communication incontournable aujourd’hui est le site Internet. Il vous est indispensable pour l’ouverture, mais aussi pour la suite. Vous devrez toujours le maintenir à jour et le faire vivre. La création d’un site de qualité est importante, mais vous devez aussi mettre l’accent sur son référencement dans les moteurs de recherche.

Parallèlement, vous allez créer vos comptes sur les réseaux sociaux. Pour un restaurant, Facebook est indispensable dès le démarrage. Votre page vous permet d’avoir un contact très direct avec votre clientèle. Vous allez partager des contenus et faire en sorte qu’ils soient à leur tour partagés pour profiter de la viralité.

Vous pourrez par la suite ajouter un compte Instagram par exemple qui se prête bien à la restauration.

Le site Internet peut être réalisé avec un budget très raisonnable. Les réseaux sociaux sont gratuits. À vous d’estimer si vous voulez réserver un budget publicitaire pour le lancement de votre restaurant.

Vous pouvez aussi prévoir un budget communication traditionnel avec des flyers à distribuer ou une campagne d’affichage locale.

prévisionnel financier

Étape numéro 4 : le bilan et le compte de résultat prévisionnels

Vous arrivez maintenant dans la partie chiffrée de votre business plan. Le travail effectué en amont vous permet de remplir les états financiers prévisionnels qui constituent la modélisation financière de votre restaurant.

Le compte de résultat prévisionnel

Le compte de résultat prévisionnel intègre les éléments chiffrés qui permettent de calculer votre chiffre d’affaires (produit prévisionnel et subventions d’exploitation), en tenant compte des charges que vous aurez à acquitter.

Pour un restaurant, le chiffre d’affaires prévisionnel correspond au nombre de couverts (avec le taux de rotation des places), multiplié par le prix moyen du repas, multiplié par le nombre de jours d’ouverture.

Les charges prévisionnelles sont divisées en deux parties : fixes et variables. Elles sont principalement constituées par :

  • loyer ou crédit immobilier ;
  • matières premières : nourriture et boissons ;
  • frais de blanchisserie ;
  • charges d’eau, gaz et électricité ;
  • frais divers : téléphone, fournitures de bureau, etc. ;

  • frais marketing : prospectus, site internet, publicité Facebook, etc. ;
  • assurances ;
  • pour la première année : frais d’immatriculation et de publication ;
  • expert-comptable ;
  • salaires du personnel et de vous-même, ainsi que les cotisations.

Le bilan prévisionnel

L’objectif du bilan prévisionnel est d’évaluer l’état financier et son évolution dans le futur.

Il prend en compte le bilan actif (ensemble des investissements et créances) et le bilan passif :

  • achat du local ;
  • achat de matériel : équipements de cuisine, réfrigérateurs, four, caisse enregistreuse, logiciel de gestion, services de table, etc. ;
  • véhicule utilitaire ;
  • mobilier : tables, chaises, comptoirs, etc. ;
  • investissements non matériels, comme la formation du personnel ;
  • aménagements et rénovation ;
  • décoration du local : plantes, miroirs, affichage, etc.

Le besoin en fonds de roulement

 Le besoin en fond de roulement est conséquent dans la restauration. Vous disposez de délais souvent courts pour régler vos fournisseurs et vous êtes soumis à la saisonnalité des produits. Dès le départ, vous devez vous approvisionner en matières premières, sans avoir encore perçu de recettes.

Vous devez donc prévoir une trésorerie importante qui vous permet de démarrer et faire face aux imprévus.

Les subventions et aides

 Ne négligez jamais les aides et subventions qui peuvent vous être accordées. Renseignez-vous auprès de la mairie dont dépend votre établissement, ainsi qu’à la chambre de commerce et d’industrie.

L’expert-comptable pour la gestion future de votre restaurant

Pour votre comptabilité au quotidien, l’accompagnement par un expert-comptable est précieux. Vous avez ainsi l’assurance de respecter les exigences légales et fiscales, respecter les taux de TVA spécifiques et tenir à jour vos comptes.

guide gratuit creation entreprise

Guide gratuit sur
la création d’entreprise :

Téléchargez dès aujourd’hui notre guide complet pour démarrer votre projet avec confiance !

Visitez le blog

 

Des articles pour vous aider dans la construction de votre business plan, dans le choix de votre statut juridique…